Wing Chun

Le wing chun est un art martial chinois traditionnel , originaire du sud de la Chine, destiné au combat rapproché, incluant des techniques à main nue et maniement d'armes .

Qi Gong

Le terme Qi Gong signifie "travail ( Gong ) de l'énergie vitale" (Qi ). Il regroupe les exercices de base pour prendre soin de sa santé. Véritables piliers de la médecine traditionnelle chinoise, les pratiques énergétiques chinoises développent et entretiennent "un esprit sain dans un corps sain ".

Plus d'infos sur le site de Sifu Massimo ICI

L'histoire du Wing Chun

yimwingchunAu 18ème siècle en Chine du Sud, le gouvernement soupçonne un légendaire monastère Shaolin d’être un foyer de résistance à son pouvoir. Il décide donc de le mettre à sac et de le démanteler. Fuyant la destruction du temple, Ngu Mui, nonne et experte du Kung Fu Shaolin, comprend rapidement la nécessité de développer un système de combat réellement efficace contre des ennemis physiquement plus forts. Elle synthétise alors ses connaissances (Qi Gong, Kung Fu de la Grue Blanche et duSerpent notamment) et met au point son propre système de combat. Enfin, c’est à Yim Wing Chun, la première disciple de Ngu Mui, que l’on doit le nom du style Wing Chun Kung Fu. L’histoire veut qu’elle echappa ainsi à un » mariage forcé » en battant à mains nues son « prétendant ». Gardé secret pendant plus de 300 ans, cet art a été révélé au grand public par Yip Man, dont Bruce Lee fut le plus connus des élèves. « La tradition est comme un feu: elle a besoin de bois nouveau pour ne pas mourir ». Ce qui étonne le débutant passioné Wing Chun lorsqu’il se teste plusieurs cours de Wing Chun, c’est la diversité des Wing Chun qui existent. Bien que toutes les écoles emploient les mêmes mots pour expliquer le style, les façons de bouger sont parfois totalement différentes. Certains Wing Chun sont très durs, d’autres beaucoup plus souples, et ainsi de suite. Chaque lignée martiale tient à marquer ses spécificités. Fruit des recherches de son fondateur, elle a sa façon de comprendre le combat et ses propres méthodes d’entrainement. Ainsi, les fondateurs Ng Mui, Yip Man ou Bruce Lee – pour ne citer que ces grands maitres – ont eux aussi enrichis ou simplifiées les techniques apprises de leurs maitres. A partir de leur connaissances et en tirant les leçons de leurs expériences, ils ont contribués à rendre cet art martial de plus en plus fonctionnel. C’est cette recherche et un travail assidu qui font d’un style – et d’un pratiquant – qu’il est traditionnel. Wing Tsun, Wing Chun, Wing Tchun, Weng Cheng,Ving Tjun…. Ces noms témoignent avant tout d’un art martial en évolution permanente.

Chi sao

Chi sao Angouleme Chi Sau, ou «Mains Collantes», est un exercice d’entraînement Wing Chun conçu pourdévelopper le combat corps à corps. En combat rapproché, votre capacité à voir un coup de poing et de réagir par réflexe est fortement diminuée, et c’est à ce moment que les compétences développées par le Chi Sau prennent tout leur sens. Le but du Chi Sau est de développer une sensibilité tactile permettant de déceler tout changement dans la position du corps de l’adversaire et donc ses angles d’attaque. Entrainer les bras à avoir «un esprit qui leur est propre ‘permet au pratiquant Wing Chun de briser instinctivement la structure de l’adversaire et de supprimer sa capacité à utiliser sa force. Combat et self défense L’intensité du combat libre dépend du niveau des éleves, qui s’entrainent d’abord en collaboration, puis en combat libre. Seuls les éleves ayant atteint un certain niveau technique et capables de maitriser leurs nerfs sous stress peuvent pratiquer le combat libre, le but étant de pouvoir pratiquer le plus longtemps possible

Formes

Chaque cours débute et finit avec la pratique des Taos. Les Taos permettent de comprendre plusieurs concepts du wing chun, tant au niveau de la structure corporelle, des déplacements ou des techniques proprement dites. Les trois Tao de base du WingTchunDo ont en commun une idée de base : le Pont. C’est une notion fondamentale du Wing Chun, la plus évidente à saisir intellectuellement, mais également la plus longue à intégrer naturellement dans le corps. Aussi les instructeurs de WingTchunDo transmettent cet axe de travail dès le premier jour d’entraînement des élèves. SIU NIM TAO « Construire le pont » – est le premier grand chantier auquel s’attaque le pratiquant WingTchunDo à travers le Siu Nim Tao. Il s’agit d’aligner toutes les articulations les unes aux autres pour créer une structure forte et flexible à la fois. La colonne vertébrale est une pièce majeure de ce pont articulé reliant les appuis au sol avec n’importe quelle partie du corps. Le pratiquant s’entraîne ensuite à aligner cette structure avec la force de gravité. C’est la première et la plus importante forme du cours de wing tsun parce qu’elle pose les bases du style. Le pratiquant s’y réfère constament car elle enseigne les règles d’équilibre et de structure corporelle. CHUM KIU l’idée principale est de « Chercher le pont », autrement dit de se connecter à la structure de l’adversaire . La difficulté technique du Chum Kiu est de conserver une structure unifiée, flexible et réactive tout en se déplaçant. Aussi ce Tao se différencie du premier par la synchronisation des mouvements favorisant la prise de contact: déplacements, rotations, coups de pieds, de poings et de coudes dans toutes les directions.

Premier Tao


Deuxième Tao - Chum kiu


Troisième Tao - biu tze